Augmentation mammaire par prothèses : devant ou derrière le muscle ?

Le bon emplacement d'une prothèse mammaire, derrière ou devant le muscle ?

De façon très schématique on peut dire que sein est constitué de plusieurs « couches » :  la peau, la glande mammaire, le muscle pectoral et enfin les côtes en profondeur.

Lors d’une augmentation mammaire par prothèses, l’implant mammaire peut être placé devant ou derrière le muscle pectoral (on parle aussi de position pré ou rétro-pectorale). Le choix de la position de l’implant mammaire résulte de vos souhaits mais aussi de votre anatomie et de votre morphologie.

De manière générale si vous êtes mince il est préférable de positionner l’implant mammaire derrière le muscle pour camoufler les contours de la prothèse (en particulier son bord supérieur, au niveau du décolleté). Lorsque l’on pince les tissus au niveau du décolleté (« pinch test ») il faut qu’il y ait au moins 2 à 3 cm d’épaisseur pour pouvoir positionner la prothèse devant le muscle et obtenir une augmentation mammaire avec un bon camouflage de la prothèse au niveau du décolleté.

Avantages de la position pré-musculaire (devant le muscle):

Prothèse mammaire placée en avant du muscle
– L’intervention est plus rapide et moins douloureuse.
– Les prothèses ne bougent pas lors de la contraction des muscles pectoraux.
– Ce positionnement permet de corriger une petite ptose du sein (sein qui tombe un petit peu).

Inconvénients de la position pré-musculaire (devant le muscle):

– Le risque de coque semble plus élevé à long terme.
– Le résultat est moins naturel si vous êtes mince ou si vous perdez du poids.

Avantages de la position rétro-musculaire (derrière le muscle):

b2
– Le décolleté est plus naturel car l’épaisseur des tissus qui camouflent le bord supérieur prothèse est plus importante.
– Le risque de coque semble être moins important à long terme.

Inconvénients de la position rétro-musculaire  (derrière le muscle):

– L’intervention est un peu plus douloureuse durant les premiers jours postopératoires.
– Les prothèses bougent lorsque vous contractez vos muscles pectoraux.
– Lorsqu’elle est complètement derrière le muscle le résultat est moins harmonieux en cas de ptose mammaire (seins tombants) car le muscle réalise un « hamac » qui empêche la prothèse de descendre avec la glande.

Alors comment choisir?

Il existe un grand nombre de théories pour déterminer le meilleur emplacement de la prothèse mammaire dans l’augmentation mammaire et les informations sont le plus souvent contradictoires, source d’une inquiétude légitime! En effet le choix de l’emplacement de la prothèse pour une augmentation mammaire est influencé par de nombreux facteurs : volume de la glande mammaire, activité sportive importante, souhait de la patiente, habitudes du chirurgien …

Heureusement une technique performante et bien établie a permis de simplifier cette question :l’augmentation mammaire avec positionnement en « Dual Plan » permet de bénéficier des avantages des différentes techniques tout en minimisant leurs inconvénients. La technique du « Dual Plan » consiste à positionner la partie supérieure de la prothèse mammaire derrière le muscle et la partie inférieure derrière la glande mammaire. Cette technique présente un certain nombre de subtilités techniques qu’il est indispensable de maîtriser pour en tirer le maximum de bénéfices. C’est pour cette raison que je suis allé me former auprès du Dr Per Hedèn à Stockholm qui est l’un des pionniers de cette technique et qui bénéficie sans doute de la plus grande expérience mondiale.

Avantages du Dual Plan :

– La partie haute de la prothèse est derrière le muscle ce qui donne un résultat plus naturel à l’augmentation mammaire par prothèses.

– La positionnement derrière la glande de la partie basse de la prothèse mammaire permet de bien remplir le pole inférieur du sein, même lorsque celui ci tombe un peu ce qui permet un résultat plus naturel au bout de plusieurs années.

– Cette technique permet de corriger une petite chute du sein en même temps que l’augmentation mammaire : il existe 3 types de Dual Plane qui permettent de corriger une chute plus ou moins importante.

– La douleur postopératoire est moins importante car le muscle est relâché lors de l’intervention chirurgicale.

Commentaires