Augmentation mammaire par prothèses : silicone ou sérum physiologique ?

Quelle est la prothèse idéale pour une augmentation mammaire ?

Un implant mammaire possède une enveloppe constituée par un élastomère de silicone. Il existe 2 types de remplissages possibles : silicone ou sérum physiologique.

L’augmentation mammaire à l’aide de prothèses est le plus souvent réalisée avec des implants pré-remplis de gel de silicone. L’utilisation des prothèses gonflables au sérum physiologique (le gonflage est réalisé durant l’intervention) est plus rare.

Les prothèses pré-remplies de gel de silicone ont été interdites entre 1996 et février 2001 car elles étaient incriminées dans le déclenchement de maladies auto-immunes. La preuve de leur innocuité a été apportée par des études scientifiques ce qui a permis à nouveau leur utilisation dans l’augmentation mammaire.

Le marquage CE est obligatoire pour que les prothèses puissent être commercialisées en Europe. Les normes sont aujourd’hui très strictes et doivent être appliquées par l’ensemble des laboratoires fabriquant les prothèses. Certains laboratoires ont également l’agrément de la FDA (norme américaine).

Prothèses mammaires pré-remplies de gel de silicone

Avantages des protheses mammaires en silicone

– durée de vie des implants mammaires plus longue

– aspect plus naturel au toucher

– meilleur camouflage de l’implant (pas ou moins de vagues)

– pas de contrindication à une grossesse ou à l’allaitement

– les études scientifiques ont montrées que le gel de silicone n’est à l’origine d’aucune maladie auto-immune, ou d’affections malignes (en particulier cancer du sein) ou de maladies rhumatologiques.

– La durée de vie des implants en silicone serait nettement supérieure à celle des implants en sérum physiologique. Leur longévité est comprise entre 10 à 20 ans tandis que la longévité des implants en sérum physiologique n’excède pas 10 ans.

Il n’y a donc pas de silicone liquide, et donc pas de risque de voir la silicone se répandre dans les tissus.

C’est le tres grand intéret des implants mammaires en gel de silicone COHESIF.

Inconvénients prothese mammaire en silicone

L’implant ne peut etre gonflé durant l’intervention. Le choix de ses dimensions doit donc etre précis avant l’intervention.

Prothèses mammaires au sérum physiologique

Ce type de prothèse possède une enveloppe en silicone mais son contenu est en sérum physiologique (donc majoritairement de l’eau stérile). Le sérum est injecté une fois que la prothèse est mise en place dans le sein ce qui permet d’adapter plus précisément le volume et éventuellement d’avoir des prothèses de volume différent en cas de petite asymétrie mammaire.

Ce type d’implant mammaire existe depuis plus de 30 ans mais il est cependant de moins en moins utilisé par les plasticiens en raison du résultat moins naturel de l’augmentation mammaire. Le sérum physiologique ne pourra pas reproduire les mêmes effets tactiles que le gel de silicone. En effet, ce type de remplissage peut donner chez les patientes fines, un caractère « plus liquidien » au toucher alors que le silicone confère, dans ce cas ,un toucher beaucoup plus naturel.

Avantage des implants en sérum physiologique:

– En cas de rupture de la prothèse mammaire, le sérum physiologique a la propriété d’être instantanément absorbé par le corps ce qui n’entraine aucune conséquence.

Inconvénients des implants en sérum physiologique sont:

– La possibilité d’un dégonflement des prothèses en sérum physiologique, progressif ou immédiat.
– La survenue possible de plis ou vagues inesthétiques. C’est le cas des femmes ayant un degré de minceur important ou un pli cutané mince, surtout lorsque la prothèse est placée de manière rétro-glandulaire. Ce phénomène est dû à l’eau contenue dans ce type de prothèse.
– Le résultat d’une augmentation mammaire par sérum physiologique est moins naturel qu’une augmentation mammaire par  gel de silicone, que ce soit visuellement ou à la palpation.

Actuellement la plupart des augmentations mammaires par prothèses sont effectuées avec des prothèses pré-remplies de gel de silicone. Quelque soit le contenu de la prothèse, le dépistage des cancer par mammographie ou échographie n’est en aucun cas entravé.

Commentaires